Carte blanche au Festival de films de femmes de Créteil

Alors que CIEL#4 se conjugue au féminin à partir du 30 septembre, l'idée d'une carte blanche au Festival international de films de femmes de Créteil s'est imposée très vite. Ce festival, fort de ses 37 éditions, propose un regard sur le monde et sur le cinéma que les femmes cinéastes portent de façon singulière, souvent engagée, souvent sensible. 

La programmation et les rencontres concoctées par le festival répondent à une exigence et un partage du cinéma, de création, le tout à l'aûne de regards sur la société. Le festival favorise l'expression de femmes de nationalités, de formations, d'opinions différentes. Ou comment engagement, en particulier celui du féminisme, et cinéma font un ménage fort de sens et d'art. 

Pour cette carte blanche, l'équipe du festival a choisi un court métrage sélectionné en compétition en 2014 : 

THE DIDIER CONNECTION, un film de Penny Allen
France, États-Unis / 2013 / Documentaire / 12 min. / VOSTF

Monté à partir des rushes tournés en demi-pouce magnétique en 1976, perdus pendant 37 ans, puis retrouvés dans un état déplorable dans un sous-sol moisi à Portland, Oregon, USA. Le film raconte les relations entre Penny, une Américaine qui donne des leçons d'anglais, et Didier, un petit Français venu à Portland pour passer l'été avec sa grand-mère et son oncle. Le film est comme un message fourré dans une bouteille, puis jeté dans la mer avec l'espoir que Didier le retrouve.

Scénario Penny Allen / Image Eric Edwards / Montage Frederik Arens-Grandin / Interprétation Penny Allen, Didier, Eric Silverstein. 

Le mot du festival : 
Nous avons choisi ce film car c’est un objet mystérieux revenant du passé, un passé qui est montré et exploré comme une terre étrangère.Un enfant qui apprend une deuxième langue, ça aurait pu être un sujet sympathique sans plus. Mais Penny Allen, avec toute la puissance de ces images tournées en 1976, arrive à surligner le désarroi et la rébellion de Didier, enfant intelligent pris dans un labyrinthe de langues et civilisations différentes, tiraillé entre la discipline des adultes et l’anarchie de ses 11 ans. Un film joyeux et troublant.