Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat, entre singularité et poésie

Avec un univers fort mêlant la tendresse à l'inquiétude, Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat nous surprennent depuis bientôt vingt ans, portrait de ces figures du cinéma d'animation français.

Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat se rencontrent au studio Folimage dans les années 1990, où chacun fait ses premiers pas dans le cinéma d'animation. Tous deux dessinateurs, ils découvrent un univers commun avec des influences similaires et une envie particulière qui deviendra avec le temps un véritable engagement : "raconter des histoires". A partir de cet univers, ils créent en 1998 un premier court métrage : La Bouche cousue (Folimage).

Ce court métrage en volume animé met en scène un personnage au regard triste et perdu dans une situation étonnante. Cette première histoire racontée est une jolie manière d'entrer dans leur univers si particulier, à la rencontre de personnages, d'objets étranges, décalés mais dès plus attachants.

Avec une multitude d'influences ; les films en noir et blanc, les extraits de films de Walt Disney, ou encore les livres de Hockney, Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat ne cessent de surprendre en se renouvelant à chaque fois. Les influences sont selon eux, des leçons, "des énergies qui motivent". C'est ainsi que ces artistes naviguent entre différentes techniques -des marionnettes au papier découpé- et différents styles avec notamment le réalisme d'Un Séjour, l'onirisme de Colchique et la comédie musicale du film Les Perdrix.

Chaque court métrage est une nouvelle recherche; une façon de ne pas s'épuiser et de persévérer dans ce format exigeant. L'épanouissement d'une passion commune et lointaine pour l'illustration leur permet également de ne pas renoncer au format court en leur offrant un nouvel espace de création différent du cinéma d'animation.

Jean-Luc Gréco oscille de son côté entre bande-dessinée et illustrations qu'il présente sur son blog, sous le nom de Spata. Une passion qu'il partage ainsi avec Catherine Buffat. Ils ont d'ailleurs collaboré pour le projet d'illustrations d'un livre de fabliaux.Ces dessins rappellent l'un de leur court métrage, La Sacoche perdue, lui-même inspiré d'un conte du Moyen-Age. Leur univers est alors reconnaissable et cohérent que ce soit en illustration ou en animation.

voir la fiche film

Par désir d’autonomie, ils créent en 2004 avec Anne Larricq et Laurent Pouvaret la société de production Les Films à Carreaux. Ceci leur permet d’affirmer leur univers où « les choses sont tordues », où tout grince délicieusement, avec un regard intense porté sur le monde qui nous entoure et avec toujours cet engagement de « raconter des histoires ».