CIEL#10 "Et la jeunesse, bordel!"

Place à la jeunesse dans CIEL#10 ! Tenter de dresser le portrait d'une jeunesse française par une création libre qu'est le court métrage, tel est le défi de CIEL "Et la jeunesse, bordel !" Comment le cinéma met en scène, donne à voir, et donne la parole aux jeunes générations, des plus petits aux adolescents et aux adultes en devenir ? 

Le format court porte haut et fort les considérations, interrogations et aspirations de la jeunesse. C'est aussi l'espace des premiers pas, des expérimentations de cinéma, place donc aux jeunes auteurs pour une image haute en couleurs, forcément complexe et protéiforme du cinéma et des jeunes d'aujourd'hui. 

En 2017, la jeunesse est-elle :
révoltée?
rêveuse?
fantasmée?
optimiste?
engagée?
glandeuse? 

Sans doute tout ça à la fois et plus encore...  Pour cette sélection de CIEL#10, la jeunesse rêve de théâtre (Réplique d'Antoine Giorgini), de cinéma (Ce n'est pas un film de cow boy de Benjamin Parent et Cadavres exquis de Valérie Mréjen), s'engage dans la politique à l'image des Femen (Naked War de Joseph Paris), dans la religion (Aujourd'hui d'Anne-Sophie Rouvillois), elle court et s'indigne (Courir de Maud Alpi), elle s'émeut, chavire, parle d'amour...

Dans ce numéro de CIEL, le réalisateur Blaise Harrison dresse un portrait sensible et complexe du jeune Armand, d'abord à 15 ans pour les repérages de son moyen métrage, Armand 15 ans l'été, puis le retrouve à 20 ans à New York. 

A partir du 26 avril, carte blanche au festival "Ciné en herbe" qui a fêté sa 29ème édition tout début avril et qui fait dialoguer la jeune création avec des élèves qui s'essaient eux aussi au langage et à l'expression cinématographiques. Un dialogue fructueux et essentiel pour l'éducation à l'image et l'amour du cinéma. Le festival présente deux films : Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, lauréat de la compétition professionnelle en 2016 et un des films d'école primés de cette édition 2017. 

Pour révéler de jeunes talents, on peut compter sur le GREC (Groupe de Recherches et d'Essais Cinématographiques) qui se voit confier une carte blanche en 3 films et en 3 épisodes, à partir du 19 avril, ou l'école de La Poudrière pour le cinéma d'animation dont CIEL présente deux films de fin d'études. 

Dans CIEL#10, le cinéma s'écrit au présent et en moins d'une heure.