Sexe fiction, de la réalité au rêve : opus 1

► 1 FILM

Avec ce CIEL#10 "Et la jeunesse, bordel!", posons-nous un instant devant le lavabo des toilettes de notre collège de l’époque et regardons-nous un instant dans la glace. On pourrait se demander « Qu’avons-nous fait de ces années ? » mais la question du jour est surtout « Qu’aimions-nous rêver ? », ou « Qu’aimions-nous croire ? »... « Quels étaient nos fantasmes de récrés ? »

C'est en regardant Ce n'est pas un film de cow-boys de Benjamin Parent que vous apprendrez dans les toilettes d'un collège, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Brokeback Mountain sans avoir jamais osé le demander et surtout l’imaginer.

Touchés par la fiction du dimanche soir, ces ados déguènent leur punchlines sur l'homosexualité. Le célèbre film vu la veille leur sert de prétexte à jouer carte sur table avec tous leurs fantasmes, à décortiquer parfois crûment tous les clichés lourds et pesants sur le sujet pour mieux en atteindre via l'humour l'essence même de cette humeur de désirs imaginaires propre à leur âge et qui les font cavaler à toute allure sur de vastes plaines lointaines et incertaines, et tout ceci pour quelques poignées de malabars. Alors ça roule des mécaniques, ça tourne des fois autour du pot... Ça tient le crachoir... Ça joue les scandalisés pour essayer de partager, d'apprivoiser, d'interroger et de mettre en joue son identité. Une jeunesse qui fantasme sur sa sexualité naissante, blessant parfois même leurs propres cibles émouvantes... Entre vannes, bouches bées, crachat et mimes d'oscarisés : un rodéo verbal d'une justesse impitoyable.

Et ce n'est pas l'heure de la pendaison qui sonne mais bien la fin de la récré. On range les flingues sur le sujet. Le braquage n'a pas vraiment eu lieu mais nos héros peuvent franchir les deux portes battantes, têtes hautes. La fiction tv de la veille, celle qui vient de se jouer et celle qui tourne encore et toujours dans leurs crânes, sont autant de belles raisons d'espérer un jour, ne plus parler télé mais de réalité.