Une Love Story télévisuelle avec le réalisateur Denis Walgenwitz

► Voir le film

Faisant partie des premiers films à être soutenu et accueilli en résidence à Château-Renault, "Un amour de télés" ouvre une fenêtre sur notre société moderne mais surtout sur une histoire d'amour pas tout à fait comme les autres... Une belle occasion de découvrir l'univers de Denis Walgenwitz et de revoir le comédien Christophe Salengro récemment disparu. A cette occasion, le réalisateur revient quelques années en arrière pour nous dire comment l'acteur Salengro devint le personnage Funken.

Réalisé par Denis Walgenwitz en 2008, Un amour de télés est une histoire d'amour peu banale entre deux postes de télévision, Funken et Sonia. L'un est un téléviseur à l'ancienne et démodé tandis que l'autre est une télé câblée à la pointe de la modernité. Alors que la vie de Funken se résume à diffuser les mêmes programmes depuis des années pour sa vieille propriétaire, l'arrivée de Sonia va bouleverser ses habitudes. Hors des codes de la vie des hommes et aux allures d'anthropomorphisme, les deux postes de télévision vivent une histoire d'amour digne des feuilletons télés.
Toutefois, sous ses airs de romance, le court métrage ne se prive pas de questionner l'objet tant convoité de notre société moderne et sa place dans notre quotidien.

Des décors aux marionnettes jusqu'à l'animation des acteurs, le court métrage a été entièrement réalisé à partir de techniques traditionnelles, sans aucun effet spéciaux. La technique du "Lipsync" a été utilisé pour synchroniser les bouches et les paroles des personnages. Funken et Sonia sont d'ailleurs incarnés par les comédiens Aurélia Petit et Christophe Salengro, président de l'émission Groland disparu le 30 mars 2018 à l'âge de 64 ans ; une manière de rendre un dernier hommage à un grand personnage du "petit écran".

Après avoir réalisé Comme un pixel sur la soupe en 2000 et après plusieurs collaborations sur différents projets, Denis Walgenwitz poursuit ses travaux personnels et s'allie avec Vincent Paronaud. Ils réalisent ensemble le court métrage en stop motion La Mort Père & Fils, adapté de la bande dessinée de Vincent Paronaud Welcome to the death club, une rencontre inattendue entre le monde minutieux de la marionnette animé et le ton grinçant de Winshluss.

Sous un humour noir, la comédie est allègrement macabre et la prouesse technique est au rendez-vous. Le court métrage rencontre d'ailleurs un franc succès en festival, accumulant les sélections et les prix dont une place parmi le programme de court métrage au Festival international d'animation d'Annecy.
Le projet a été soutenu et accueilli en résidence à Ciclic Animation d'octobre 2016 à février 2017.

 

Qui est Denis Walgenwitz ?

Né en 1968 à Colmar, Denis Walgenwitz obtient en 1991 le Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique en Cinéma à l'Institut d'Arts Visuels d'Orléans. Outre son métier de réalisateur, il a mis en place et dirigé le studio de tournages de films d'animation de Ciclic à Château-Renault, de 2000 à 2005.
Depuis l'an 2000, il a travaillé comme assistant-réalisateur pour la série Hilltop hospital, sur des clips comme Ma mélodie de -M- , ou sur des films publicitaires.
De 2005 à 2007, il occupe à nouveau cette fonction pour Persépolis de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi. Par la suite, il participe au développement et la production de longs métrages tels que Moi, moche et méchant, The Congress d'Ari Folman, ou plus récemment La Tortue rouge de Mickael Dudok de Wit, et Ma vie de courgette de Claude Barras.
Son cinquième court-métrage est Un Amour de télés, et en dehors de travaux divers visibles sur son blog FUTUR 2002, il développe de nouveaux projets, toujours en cinéma d'animation.