"A ses enfants la patrie reconnaissante" de Stéphane Landowski

► Voir le film

1918-2018 : 100 ans que cette "Grande Guerre" est finie. A ses enfants la patrie reconnaissante de Stéphane Landowski offre plus qu’un film sur la guerre, car c’est un film sur la mémoire et sa fabrication.

A l’origine de ce projet, pour le réalisateur, il y a un homme, son arrière-grand père : Paul Landowski (1875-1961). Polonais d’origine, sculpteur de profession, qui a laissé de nombreux monuments en France et dans le monde, des monuments aux morts et des monuments qui célèbrent la vie. 

Et puis, il y a l’envie de raconter la Première Guerre Mondiale, avec justement tous ces monuments aux morts qu’on voit encore partout aujourd’hui dans nos villages, et qui sont comme des boussoles de granit bloqués vers le passé.  

A ses enfants la patrie reconnaissante, c’est d’abord l’envie de faire parler ces obélisques de pierre qui nous racontent, en silence, l’un des plus grands drames du XXe siècle. Plus qu’un film sur la guerre, c’est un film sur la mémoire et sa fabrication. Une réflexion essentielle alors que se terminent les célébrations du centenaire de la Grande Guerre...

Avec ce film, Stéphane Landowski souhaite raconter la douleur de la guerre mais surtout la nécessaire et difficile transmission de la mémoire. C’est pourquoi le monument aux morts est placé au centre de son histoire pour remettre au centre ces édifices un peu délaissés, et pourtant terriblement familier, souvent situés au cœur de nos villages. Ces morceaux de pierre demeurent les symboles d’un passé qui nous appartient tous et qu’il nous appartient aujourd’hui de transmettre. Ce monument devra parler à nos enfants pour que les noms inscrits ne tombent jamais dans l’oubli et pour rendre leur mémoire impérissable.

Entre 1914 et 1918, plus de 600 soldats ont été exécutés suite à des jugements arbitraires et leurs noms n’apparaîssent pas sur ces monuments. Malgré le combat de nombreuses associations, le  gouvernement français n’a toujours pas voté de loi de réhabilitation. 

Voir la fiche film