Ôde à la culture de la Win !

► Voir les 2 films

Winshluss est un auteur à part. Artiste multitâches, ce touche à tout décline depuis maintenant une dizaine d’années son univers d’auteur de BD en courts métrages d’animation. CIEL explore cet univers, à l'occasion de la Fête du cinéma d'animation et la diffusion de "La Mort, père et fils" en salles, avec 2 courts métrages : "Smart Monkey" et "Il était une fois l’huile".

Il aura fallu 10 ans à Winshluss pour adapter sa fresque cynique Smart Monkey à l’écran. 10 ans pour finalement s’apercevoir que cette BD se devait d’être animée. Au départ de ce "roman graphique", on remarque une vivacité dans le coup de crayon du dessinateur, un rythme effréné qui s’exprime aussi bien dans les cases figées de l’album que dans la succession des séquences du court métrage. Ça c’est pour la forme, mais pour ce qui est du fond, Smart Monkey nous conte l’histoire d’un petit singe plus petit et plus altruiste que ses congénères qui doit faire face à la loi du plus fort dans un environnement hostile à sa survie.

Venons-en maintenant au second court-métrage. Il était une fois l’huile est une adaptation de la mini-bande dessinée qui porte le même nom, sortie en 20014 chez les Requins Marteaux, dont le personnage des huiles Méroll est repris dans des strips dans la revue Ferraille illustré. Au même titre que le premier court, Il était une fois l’huile reste dans la dénonciation d’un système à la dérive. A travers son récit, Winshluss s’empare d’un autre sujet, à savoir la société de consommation. Pour ce faire, il s’inspire et parodie la célèbre série animée Il était une fois la vie, afin de décrire avec une inquiétante naïveté notre servilité de consommateurs aliénés.

Dès lors, à travers ces deux courts-métrages, vous l’aurez compris, la grande force de l’auteur réside dans sa faculté à dénoncer les valeurs d’un système ou la loi du plus fort prime. Un système de classe qui impose à sa population le mode de vie qui lui permet d’établir sa domination !

Ces courts métrages font écho à la programmation de La Mort, père et fils, dans les salles de la région à l'occasion de la Fête du cinéma d'animation. Dernier court réalisé par Winshluss sous son vrai nom de Vincent Paronnaud avec Denis Walgenwitz, ce film d'animation en volume est aussi une adaptation de la BD éponyme présente dans l'album Welcome to the Death Club.