"Les Gueules noires" ou le rock alternatif des années 80

Marianne Tardieu coréalise avec Rodolphe Bertrand en 2007 le court métrage Les Gueules noires et travaille alors avec la directrice de la photographie Jordane Chouzenoux, formée comme elle à l'Ecole Louis Lumière.

Les rencontres, les liens qui se tissent dès les premiers pas d'un cinéaste en disent beaucoup de sa façon d'appréhender le cinéma, de le construire. En 2014, le premier long métrage de la jeune réalisatrice, Qui vive, sort en salles avec un casting particulièrement attirant : Adèle Exarchopoulos, révélation de la Palme d'Or au Festival de Cannes 2013 et Reda Kateb notamment révélé par Jacques Audiard en 2009 dans son film Un prophète.

 VOIR LA FICHE FILM

En suivant la reformation d'un groupe de rock de retour sur scène dans le cadre d'une tournée, Marianne Tardieu dresse le portrait d'un personnage : Bakou, le chanteur du groupe. C'est de cette façon que se forme une relation triangulaire entre la musique, Bakou et le film : chaque élément étant rythmé par l'autre. Sur une musique originale, des morceaux comme "La Corde Raide" coécrit par Marianne Tardieu - Laurent Petitgrand et interprétré par le comédien Joe Hill, crée à la fois l'ambiance du film et offre une écriture supplémentaire au scénario.