Portrait de Girelle Production, une société qui cherche, explore... et qui avance

Des documentaires, des courts métrages, des magazines, des séries d'animation... Portrait d'une société de production qui explore les formes et les formats.

Girelle Production est une société de production créée en janvier 2006. Née de l’association du réalisateur Ludovic Vieuille et des fondateurs de Girelle Multimédia, Denis Boisset (infographiste) et Christophe Camoirano (producteur), rejoints il y a trois ans par Marion Lacôte - aujourd’hui associée en charge du développement et de la production de certains projets - cette SARL basée à Orléans est spécialisée dans la création audiovisuelle et le multimédia.

La production de documentaires de création se révèle être un axe fort de son développement, à travers la production d’unitaires (26 ou 52 minutes) ou de collections thématiques. Une grande partie des films produits témoigne ainsi d’une véritable curiosité à l’égard des expressions artistiques, comme le dessin (on retiendra notamment les portraits des artistes Edmond Baudoin, Gustave Jossot et Benjamin Rabier respectivement dessinateur de bandes dessinées, illustrateur et caricaturiste), la musique (ci-dessous), la peinture (la série Le Musée de Poche), l’architecture ou, plus récemment, la danse.

Depuis deux ans, le développement de la société s’appuie également sur une diversification de ses champs d’intervention avec la volonté d’explorer de nouveaux genres comme l’animation, la fiction, ou le transmedia ; venant en effet corroborer ce désir d’ouverture à l’égard d’autres formes d’expression artistique.

Pour mieux faire connaissance avec les oeuvres produites par cette société, présentation de deux documentaires unitaires récents à l'heure de la publication de CIEL#2 "Le documentaire dans tous ses états", et diffusés du 6 mars au 6 juin 2015. 

Le premier film, Denis Péan, trésors de paix ou la rencontre entre Denis Péan (Lo'Jo) et le réalisateur Philippe Gasnier, fait partie de La Française des airs, qui est un projet de collection initiée et conçue par Girelle Production. L’ambition est de construire une collection de portraits qui permettrait de mettre en avant des artistes musiciens qui ne sont pas forcément les plus exposés, les plus médiatiques, mais ceux qui ont construit, et continuent d'enrichir la partie la plus sensible, la plus exigeante, la plus originale de cet art populaire qu'est la musique. 

Depuis 2012, cinq films consacrés à Marcel Kanche, Mathieu Boogaerts, Bertrand Belin, Denis Péan (Lo'Jo) et Bastien Lallemant ont été réalisés dans le cadre de cette collection avec le concours du CNC, des régions Centre, Poitou-Charentes, Bourgogne, de la Procirep/Angoa et de la SACEM. La plupart de ces films ont été projetés avant les concerts des artistes afin de proposer une approche assez nouvelle pour la diffusion des documentaires. D'autres projets de films sont déjà en préparation pour compléter cette collection mais combien d'artistes français seront prêts à s'investir dans ce jeu ? 

Autre portrait d'artiste, autre réalisation de Philippe Gasnier : La Clef de Jean Trousselle.

« Puisqu'il y a une fin, il y a forcément un début ». De passage dans la vie, de passage en Afrique, de passage dans la région Centre, Jean Trousselle est de ceux qui pensent que ça vaut la peine de continuer sa route.  Du « peintogramme » coloré au concept « d'hyper-image », quarante ans de peinture se sont accumulés comme un mille-feuilles. Nous sommes dans son atelier, à Gargilesse, dans l'Indre, et nous fouillons ces strates. C'est au tour de l'image de faire « passage ». Mais qui est Jean Trousselle ?

Originaire de Nice, Jean Trousselle n'aura de cesse d'envisager de peindre. Sa jeunesse le confronte rapidement à l’École de Nice. Il y côtoie autant Ben qu'Arman ou Martial Raysse, pourtant, il fait le choix des Arts Décoratifs plutôt que celui des Beaux Arts, préférant l'acquisition d'une bonne base technique et convaincu que son rôle dans l'art ne sera pas de suivre tel ou tel courant, mais au contraire d'affirmer une singularité au delà des mouvements artistiques de son temps. Il cultive en parallèle son goût pour la science : ses lectures sont scientifiques, les mathématiques sont pour lui source d'inspiration, sans doute la voie qu'il choisira pour affirmer cette singularité : réconcilier art et science ! Une réconciliation qui n'a jamais eu lieu depuis les travaux de Léonard de Vinci. Dans son esprit, il en sera l'artisan, au moins pour le vingt-et-unième siècle. Ce projet l'accompagnera toute sa vie, il en conditionnera toutes les étapes. 

Aujourd'hui retiré dans sa petite maison de Gargilesse, Jean Trousselle mène une vie d'ascèse et de contemplation. Au travers de ce film, l'occasion nous est offerte de rencontrer cet immense artiste mal connu, qui convoque mathématique et géométrie pour fabriquer ses peintures et ses dessins. Une oeuvre à découvrir en 2, 3 voire 4 dimensions ....

VOIR LA FICHE FILM