Fauteuil d'orchestre pour les musiciens

La musique ça s'écoute... mais ça se filme aussi ! Quelle place occupe la musique au cinéma ? Pas simplement la musique de film ou la bande-originale, par ailleurs tout à fait respectables, mais souvent créées et travaillées en studio et à un autre moment que celui où la scène est tournée. Non, quelle est réellement la place d'une séquence musicale inscrite dans le scénario et mise en scène, en image et en son (direct) au moment du tournage ?

On connait les documentaires musicaux qui nous permettent de mieux connaitre un artiste, un genre ou un évènement musical. On apprécie les clips (surtout les nuits d'insomnie) qui mèlent trucages numériques, ambiances kitschs et montages hypnotiques. On a tous le souvenir d'une mélodie au piano sur un film muet ou d'un morceau d'harmonica qui nous accompagne tout au long d'un western. Mais qu'en est-il vraiment de la musique filmée comme une séquence à part entière, jouée devant nous, sous nos yeux de spectateurs ? Quel beau projet de cinéma pour un réalisateur que de proposer, dans le même temps, aux personnages de son histoire et aux spectateurs de son film, de partager un concert, une séance de répétition, et de vivre ensemble ce moment privilégié de performance artistique, souvent annonciateur des évènements à suivre dans le film et déterminant pour le déroulement de l'histoire.

La comédie musicale, représente LE genre cinématographique qui offre une place de choix à la musique et à la danse et qui utilise ces expressions artistiques comme un élément de narration et de mise en scène à part entière. Les films biographiques biopics qui romancent la vie et l'histoire de groupes ou d'artistes musicaux offrent également une large présence de séquences musicales afin d'illustrer la carrière de l'artiste et d'amener le spectateur à partager plus directement et plus intimement ses moments de vie. Pour ce qui nous concerne dans ce focus de CIEL#5 "Regarder la musique", ces courts métrages de fiction qui ont été choisis pour la place qu'ils laissent à la musique et pour la manière dont chacun des réalisateurs a su utiliser cette présence musicale comme partie prenante de la narration. Ces courts métrages où le réalisateur(trice) a mis en scène des comédiens qui jouent ou regardent de la musique et prend à témoin le spectateur pour faire avancer son film, son intrigue, pour en renforcer l'ambiance, l'atmosphère et la description de ses personnages.

Pour Peine Perdue, le court métrage d'Arthur Harari, la séquence de bal où Bertrand Belin chante a été tournée dans des conditions de prise de son "direct". Cette séquence est un moment clé du film puisque c'est pendant cette chanson que les deux personnages principaux du film se rencontrent et se découvrent. A cet instant, le spectateur est directement impliqué dans cette rencontre. Par ailleurs, on retrouvera le comédien-chanteur Bertrand Belin, dans son propre rôle de chanteur dans une autre séquence du film.

Avec Au bord du monde de Cécile Bicler & Hervé Coqueret, la séquence du concert dans le bar est le point de départ, le moment où tout bascule, avant la folle soirée au coeur du film. Une très belle scène où le spectateur est plongé au coeur de la chaleur, au milieu des danses effrénées et des bousculades de ce concert électro-punk. Une fois ce moment partagé, le spectateur est directement embarqué dans la suite des évènements entre drame, comédie et trash.

Chacun de ces réalisateurs a réussi à filmer la musique et ceux qui la jouent pour nous offrir une (ou même plusieurs) séquence(s) de choix qui, bien au-delà de la simple illustration musicale, composent et articulent le rythme de leur film et nous impliquent, directement et en temps réel, dans leur histoire et leur narration.

 

Dans Les Mâtines d'Annick Raoul, entre rêve et réalité, paranoïa ou illusion, les séquences de répétition viennent illustrer l'état de santé mentale du personnage principal et ajoutent à la confusion qu'il ressent.

La musique ça s'écoute... mais ça se filme aussi ! Quelle place occupe la musique au cinéma ? Pas simplement la musique de film ou la bande-originale, par ailleurs tout à fait respectables, mais qui sont souvent créées et travaillées en studio et à un autre moment que celui où la scène est tournée. Non, quelle est réellement la place d'une séquence musicale inscrite dans le scénario et mise en scène, en image et en son (direct) au moment du tournage ?