La musique adoucit les mœurs

Les quatre films réunis ici sont autant d'univers qui explorent un nouveau terrain de rencontres amoureuses. Tendez l'oreille, les réalisateurs ont choisi ici de mettre le son au premier plan. La timidité ou le désir, la solitude ou la maladresse : les enjeux des films sont multiples mais la réponse est commune et réside dans le langage du corps, la musicalité et la chorégraphie. Focus CIEL avec des courts métrages sur le thème de la "drague musicale"...

Deux êtres esseulés se découvrent par hasard dans un bar au moment des fêtes de Noël. Deux existences solitaires qui se cherchent, s'approchent, sans jamais vraiment oser se regarder. Leurs corps dégingandés s'animent tels des pantins articulés dans une chorégraphie burlesque. Dans Merci Cupidon, les réalisateurs Abel et Gordon développent un imaginaire pour rechercher une complicité comique avec le spectateur et défier les apparences.

Difficile de mener une vie ordinaire lorsqu'une incontrôlable envie de danser apparaît à la moindre note de musique. Et puisqu'un malheur n'arrive jamais seul, comment gérer la rencontre et le coup de foudre avec un passionné, qui cultive son gout pour les vinyles et ne peut se passer de musique ? C'est le récit que propose Yann Le Quellec avec Je sens le beat qui monte en moi, chronique burlesque et musicale où se succède les situations cocasses et hilarantes.

En mettant en scène des personnages sourds et muets, Jean-Charles Mbotti-Malolo concentre le récit sur le langage du corps, les gestes et les expressions se substituent ici à la parole. Dans Le Sens du toucher, c'est une allergie qui vient rompre l'euphorie d'un premier rendez-vous et contredire la séduction. Les chats qui attirent la jeune Chloé font dérailler le plan mis en place par Louis, le ballet amoureux initialement prévu se transforme en cauchemar...

Lors d'une soirée où l'alcool coule à flots, un jeune homme fait la connaissance d'une ravissante et séduisante Anglaise. Avec Braise, Hugo Frasseto porte un regard sur le désir charnel ou les corps se rencontrent et s'enlacent. Le sable n'est pas choisi par hasard : le grouillement permanent de chaque grain crée des sensations voluptueuses et amène une sensualité le temps d'une rencontre très fusionnelle et très brève. Le jeu amoureux atteint son apogée jusqu'à la fusion charnelle entre les deux personnages.

MERCI CUPIDON, un film de Bruno Romy, Dominique Abel et Fiona Gordon
Belgique I 1994 I fiction I Courage mon amour, Injam, Miro I 13 minutes
Un instant de bonheur accidentel et passager dans deux existences solitaires. Merci Cupidon est la rencontre touchante et comique de Charles et Rosy, un rêve d'amour et d'harmonie orchestré par un Cupidon qui n'a pas encore beaucoup d'expérience.

©Courage mon amour, 1994