Sexe au féminin : en route pour la joie

Deux films bien décalés pour voir autrement le désir et le plaisir au féminin : mode humoristique pour Tempête dans une chambre à coucher, film d'animation en volume, et approche charnelle aux confins de l'expérimental pour Notre-Dame des Hormones.

Dans les deux films, si différents soient-ils, les réalisateurs -un homme pour l'un, deux femmes pour l'autre- donnent une vision originale et complexe du désir et du plaisir féminin. Dans Tempête dans une chambre à coucher de Laurence Arcadias et Juliette Marchand , imagerie américaine, lutte des classes, épanouissement social et sexuel, le tout interprété par des marionnettes en tissu, créent un profond décalage dans la façon d'appréhender le sexe dans le cinéma, et en particulier dans le cinéma d'animation.

Quant à l'art de Bertrand Mandico dont il est proposé un entretien, il fait appel, dans ce film au titre évocateur, Notre-Dame des hormones, et dans l'ensemble de son cinéma, à une nature décadente et charnelle, à des personnages féminins en mal d'un désir inassouvi. Le tout ne manque pas d'humour et d'ironie sur la recherche insatiable du plaisir. 

Le focus "Sexe au féminin" n'est pas à mettre devant tous les yeux. Les films présentés contiennent des images qui peuvent choquer la sensibilité des plus jeunes spectateurs et sont conseillés à un public averti.