"Ruzz et Ben" : aventure et marionnettes

Tirons les ficelles du cinéma d'animation.

Le film de marionnettes est une technique d’animation dite traditionnelle, au même titre que le dessin animé. Mais comment cette technique est-elle née ? Et comment Philippe Jullien l’utilise dans son film Ruzz et Ben ?

Dans la continuité du théâtre de marionnettes, l’animation permet à des personnages composés de différentes matières (cire, pâte à modeler...) de prendre vie dans un décor à leurs échelles. Aujourd’hui les ficelles ont disparu grâce à l’animation en volume, plus connu sous le terme anglophone de stop motion, cette technique qui consiste à prendre une photo à chaque fois que l’on bouge légèrement la marionnette. Le défilement des photos, à partir d’un certain nombre par seconde, crée ensuite l’impression de mouvement. Le réalisateur russe Ladislas Starevitch est considéré comme le pionnier en ce domaine avec son adaptation du célèbre Roman de Renart dans les années 30. De nos jours cette technique est toujours utilisée, notamment  par des grands noms du cinéma tel que Tim Burton avec Frankenweenie

Philippe Jullien est un réalisateur de films d'animation et plasticien depuis 1989. En 2005 il termine Ruzz et Ben, un film qui aura nécessité trois années de travail dont quatre mois uniquement pour la réalisation des décors et des marionnettes, constituées d’un squelette métallique puis recouvertes de mousse et de latex. Le résultat en vaut la peine : ce film nous emmène dans un univers urbain et industriel où tout à coup la végétation va reprendre ses droits. L’addition de la bande originale, tantôt enjouée tantôt plus sombre mais toujours envoûtante, à la qualité et l'exigence de l’animation parvient à captiver le spectateur pendant près d’une demi-heure.

VOIR LA FICHE FILM