"Paroles, Paroles" : Valérie Mréjen en 3 films

Qui est Valérie Mréjen ? D'abord, une artiste plurielle, touche à tout, qui oscille entre cinéma, art vidéo et littérature. Son oeuvre tisse un fil rouge autour de "petites révélations" du quotidien et de nos difficultés à user du langage. Le tout dans une mise en scène et un jeu inventifs et inhabituels au cinéma. 

La Galerie du Jeu de Paume, qui lui aconsacré une exposition monographique en 2008, présente ainsi son travail : "Valérie Mréjen multiplie les moyens d'expression pour mieux explorer les possibilités du langage. Ses vidéos sont souvent inspirées de souvenirs, d'événements quotidiens, de détails cruels et burlesques de l'existence, de lieux communs, de malentendus... Elle y mélange souvent divers types de récits rapportés ou vécus qu'elle réécrit et réarrange, avant de les mettre en scène avec des comédiens ou des gens de son entourage. (...) Ces saynètes prennent pour points de départ des situations banales, menus incidents et anecdotes parfois cruelles ou étranges. Cadrages fixes, décors épurés, mises en scène minimales et plans séquences en constituent le dispositif récurrent. Cette économie de moyens contribue à détacher ces sketches d’un contexte socioculturel et à préserver le sens et la lisibilité du lieu commun. Les textes rigoureusement écrits, inspirés de formules toutes faites ou de mots "trouvés" chez d’autres, sont énoncés avec distance par des comédiens et pointent ainsi les dysfonctionnements de nos échanges quotidiens en trahissant des situations d’insatisfaction, de non-dit ou de gêne. La vacuité de ces discours, devenus un liant tout préparé et mal ajusté, véritables dialogues de sourds, confère à ces œuvres une dimension absurde et tragi-comique." 

Pour ce portrait, CIEL présente 3 films qui permettent de donner à voir la pluralité du travail de Valérie Mréjen : court métrage de fiction, vidéo d'art et documentaire... Une expérience intelligente, non dénué d'humour et de burlesque. Avec La Défaite du rouge-gorge et Capri, l'artiste nous invite à surprendre et interroger les codes de la comédie romantique et des histoires d'amour qui finissent mal en général. Dans La Peau de l'ours et Capri, la question du langage, du sens des mots et expressions (ou leur non-sens), est plus directement posée, avec un regard ludique et malicieux. 

La Défaite du rouge-gorge (extrait) 
France / 2006 / 22' / 35mm 


Voir la fiche film

Capri
France / 2008 / 6' / vidéo 

Cette vidéo interprétée par la réalisatrice et comédienne Valérie Donzelli, et l'acteur Jérémie Elkaïm, couple identifié à l'écran par les films de Valérie Donzelli elle-même, a été produite à l'occasion de l'exposition du Jeu de Paume, et "donne à voir une scène de rupture à rebondissements entre un homme et une femme". En visionnant cette scène, le spectateur va rapidement se rendre compte d'un décalage et d'un dysfonctionnement : les prénoms changent au fur et à mesure des échanges, "les réparties des personnages ne s'enchaînent pas naturellement, comme si des "blancs" subsistaient entre elles, témoignant ainsi d'un malaise." C'est que les dialogues sont issus de répliques de films ou de séries et ne débitent qu'une série de stéréotypes et de banalités. 

La Peau de l'ours
France / 2012 / 14' / vidéo 

Réalisée à l'occasion de «Portraits de Famille», une exposition-atelier de Valérie Mréjen à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, La Peau de l'ours s'intéresse à l'apprentissage du langage, à travers le témoignage d'enfants qui montrent leur rapport aux mots ou aux expressions qu'ils entendent au sein de leur famille et qu'ils réinterprètent à leur façon. Valérie Mréjen y interroge ces enfants sur le sens des mots qu'ils ont inventés ou sur l'interprétation qu'ils en ont donnée. "Les enfants prononcent parfois des phrases comiques ou incongrues, ils créent des néologismes, font des déplacements de sens par amalgame. «Bonne année du versaire», «changer d'avis comme deux chemises», «casse la neutiène» et «tête d'oreiller»; ces créations et tant d'autres restent dans la mémoire des parents et intègrent même souvent leur langage courant. Ce sont des fragments de l'histoire familiale qui s'écrivent ainsi au fur et à mesure." (extraits du communiqué de presse de l'exposition "Portraits de famille")

Ciclic a invité Valérie Mréjen pour un projet entre littérature et cinéma en région Centre-Val de Loire : Hitch Hike propose 5 textes inédits sur le thème du voyage en voiture ayant donné lieu à des lectures et à la projection de roadmovies comme Five Easy Pieces avec Jack Nicholson, Le Plein de super d'Alain Cavalier ou des courts métrages contemporains tels que Un transport en commun de Dyana Gaye et Chantou de Marion Cozzuti.