1 nouvelle + 1 film : Valérie Mréjen à la croisée des chemins

A l'occasion de "CIEL#6 Destination Monde" et de la série Hitch Hike, Valérie Mréjen -écrivain, cinéaste, vidéaste- vous invite à partir en voiture pour des rencontres aussi insolites qu’un voyage en autostop, à travers une nouvelle inédite Vers Vauvert et le court métrage Chantou de Marion Cozzutti.

Alors que son prochain court métrage se déroulera principalement dans l'habitacle d'une voiture, Valérie Mréjen compose 5 nouvelles inédites, en écho au genre cinématographique du road movie, abordant à sa manière la crise existentielle, la dérive, la fuite, et les rencontres... Cette série littéraire intitulée Hitch Hike s'inscrit dans un projet de rendez-vous (en salle ou virtuel comme ici), initié avec Ciclic. L'auteur y met en relation textes et films et illustre ainsi « le voyage en voiture et ses rencontres occasionnelles, voyageurs pris en stop sur le bord de la route ou cavales improbables d’êtres réunis par le hasard et embarqués vers une même destinée, échanges aussi intimes qu’inattendus dans l’espace exigu d’un véhicule roulant... »

Pour CIEL#6 Destination Monde, elle offre en exclusivité la nouvelle Vers Vauvert, monologue intérieur d'une femme seule au volant, à la croisée de chemins et de possibles destinées. 

En parallèle du texte introspectif qu'est Vers Vauvert, elle a choisi le film Chantou de Marion Cozzutti, itinéraire nocturne et voyage quasi immobile dans une ville de province. 
Chantou
Une femme déphasée, un peu perdue, à la lisière de la précarité, vient de se faire voler son sac et va essayer de trouver refuge chez son fils. Une conversation au balcon, d’où il lui jette les clés de la voiture, nous fait comprendre qu’il lui en veut, sans doute d’avoir été une mauvaise mère, de ne pas être assez présente, de ne jamais donner de nouvelles. Une errance dans le quartier, des rencontres avec des jeunes gens, le retour au petit matin où ils se parlent enfin ouvre sur un rapprochement possible. Des scènes à deux ou trois où tous les personnages ont un souvenir à raconter, une histoire personnelle, un réconfort à apporter. La nuit qui les enveloppe semble les rapprocher, favoriser une forme de proximité. Chantou, ce doit être le petit nom de cette quarantenaire fragile et attachante. 
Valérie Mréjen