Zanzibar, la musique au cœur des hommes et des femmes

Zanzibar située au large des côtes de l’Afrique orientale, étape incontournable de la route des épices, se trouve au carrefour des cultures de l’Océan Indien, de l’Afrique, l’Inde, la Chine, l’Indonésie et du monde arabe. L’île a également attiré les Portugais et les Britanniques. A l'occasion de CIEL#6 : destination Zanzibar avec les réalisateurs Philippe Gasnier et Patrice Nezan. Ces derniers nous invitent sur cette île où la musique est le véhicule des traditions. 

La musique et la poésie accompagnent les Zanzibari. Elle est profondément ancrée dans la vie quotidienne de l’île. Seule la musique a pu fédérer depuis des millénaires des peuples indiens, arabes, africains pour vivre ensemble dans un esprit de tolérance.

Après être allés à la mosquée, les hommes se retrouvent dans leur club musical préféré pour discuter et échanger les nouvelles du jour tout en sirotant une tasse de café. Ils sortent les instruments et l’orchestre à cordes commence à jouer accompagné de l’accordéon et les percussions. Les femmes assises devant l’orchestre chantent des chansons d’amour au rythme de la musique lancinante. Le public écoute attentivement et les femmes se déhanchent en reprenant en chœur les paroles de la chanson.

Dans la rue c’est l’effervescence, marchands de rue, vélos, voitures se croisent et semblent composer une partition à l’image de l’île paisible et rythmée selon le moment de la journée. Au club, deux violons s’accordent, l’orchestre composé d’hommes de tous âges démarre accompagné de l’accordéon et la derbouka. Une vieille femme se lève. Son visage est marqué par le temps. Des échanges de regards entre musiciens montrent que c’est une personne respectée de tous, elle s’appelle Bi Kidude. Ici c’est une véritable légende vivante et c’est aussi la mémoire vivante de l’île. A travers ses chants et ses poèmes, elle hypnotise son auditoire et perpétue la tradition en transmettant son savoir aux plus jeunes.

Dans la rue, les images montrent un homme qui joue d'un instrument à cordes au bord de la mer. Près de lui, un homme et son fils et un couple regardent la mer bercés par la musique. Ainsi s'écoule la vie sur l'île. La musique berce le quotidien : dans la rue ; quand la pluie tombe sur les feuilles de palmiers, sur les maisons ou sur la mer ; dans le chant du muezzin ; dans les gestes des joueurs de dominos; et dans le coeur des femmes et des hommes.

Voir la fiche film